HALTE A LA SAUVAGERIE ANIMALE !!!!!!!...ici en Guadeloupe...

Publié le par Franck De La SALETTE

C'est ému et très en colère  que je vous soumets la lecture de cet article trouvé sur  http://www.vivre-en-guadeloupe.fr/

FDLS

 

 

...

Quelque soit votre degré de sensibilité, en Guadeloupe, vous ne pouvez être indifférents à la cause animale. L'atterrissage est souvent plus brutal qu'il n'y parait, pour peu que l'on sache ouvrir ses yeux : chiens errants, cadavres en décomposition sur le bord des routes, chats "miteux" faisant les poubelles et trainants dans les rues …Ici, on ne dit pas abandonné mais "jetés", tout est dit...

"On peut juger de la grandeur d'une nation par la façon dont les animaux y sont traités." [Gandhi]

Ici, la vie d'un animal ne tient qu'à son utilité : chien "de garde", chat "chasseur", cabrit "tondeur" sans parler du rôle "ludique" des bœufs tirants ou des coqs de combat. Un peu comme dans les campagnes profondes d'antan quoi...

Derrière la carte postale paradisiaque se cache une réalité bien loin d'être idyllique pour nos compagnons.

Sur l'île aux belles eaux, la maltraitance animale atteint parfois des sommets!!!!!!!!

En voici quelques cas courants :

Les chiens "ficelles"

attachés dès leur plus jeune âge au bout d'une corde, le chien grandit, mais la corde elle, ne s'élargit pas, les plus chanceux seront "jetés" à la rue, dans des déchetteries ou sur des plages encore vivants mais empestant la charogne par l'écorchure de leur plaie, les moins chanceux quant à eux mourront leur fardeau autour du cou dans l'indifférence la plus totale.

 

 

Les chiens "défouloirs"

percutés volontairement par les voitures (devenu un sport régional ici !), sabrés par amusement, battus par défoulement, laissés pour compte par négligence, pris pour cible par des molosses dressés à l'attaque pour le simple plaisir sadique qu'offre le spectacle à leur maitre.

 

 

Les chiens abandonnés

assez couramment par des "métros", pensant faire une bonne action en arrivant sur l'île ou voulant simplement un bon gardien pour ne pas se faire cambrioler le temps de leur séjour, ils offrent foyer, protection et attention à leur compagnon pendant 1,2,3 ans ou plus, puis, ils le remercient pour ses bons services en s'envolant sans lui, pensant qu'il aura surement la même chance avec quelqu'un d'autre et ne se doutant pas un seul instant de la détresse et de la condamnation à mort qu'ils infligent à l'animal.

 

 

Les vaches oubliées

laissées à l'abandon dans les champs au bout de leur chaîne sans une goutte d'eau jusqu'à ce qu'elles meurent de déshydratation.

 

 

Les chatons "jetés"

à tout va, se reproduisant à une vitesse grand V et finissant bien souvent par mourir d'empoissonnement lorsque leur nombre commence à déranger la population.

 

 

Sans oublier bien sur l'état déplorable de l'animal

Galeux, teigneux, déshydraté, affamé, anémié, terrorisé, et bien sur traumatisé, la plupart des chiens errants ont des colliers, ce qui prouve qu'ils ont été sociables et qu'ils ont bien eu un jour un maître suffisamment "attentionné" pour le leur passer, pourtant après quelques jours dans la rue, il est devenu impossible de les approcher tant ils sont désorientés.

 

 

 

 

Pour "pallier" à cette situation, 2 fourrières euthanasient à tour de bras, si bien qu'une dérogation spéciale a été mise en place dans les îles afin de réduire le temps de garde des animaux à 24h (contre 7 jours en métropole), et parfois même, on y euthanasie avant la fin de l'échéance, malgré cela, le problème d'errance n'est toujours pas résolu.

Pour tenter de faire évoluer les mentalités nous ne sommes qu'une petite poignée à parcourir l'île.  Nous pouvons y arriver, l'expérience fût d'ailleurs une réussite à Marie-Galante où les premières actions de stérilisation et de sensibilisation de la population ont vu le jour. A ce jour, le problème de la condition animale là-bas y est pratiquement résolu. Mais la Guadeloupe est bien plus vaste que Marie-Galante et nous disposons de peu de moyen.

L'association secours protection animale

ne dispose d'aucun refuge, d'aucune structure, d'aucun bureau. RIEN. Seule une poignée de bénévoles se relaie et s'organise au mieux, donnant gracieusement de leur temps, de leur énergie et de leur amour pour les animaux. Nous n'avons que pour "seules" armes, une détermination sans borne et une ténacité à toutes épreuves (mais après tout, l'histoire n'a-t-elle pas prouvé que cela pouvait suffire à faire changer bien des choses) ?

 

 

C'est pour cela que nous avons besoin de vous !

Nous avons besoin de familles d'accueil

en Guadeloupe et en métropole. Afin d'accueillir les animaux en danger, de leur assurer protection et nourriture dans l'attente d'une adoption ici en Guadeloupe ou en métropole où ils seront parfois envoyés.

Nous avons besoin de croquettes et de médicaments

croquettes, médicaments, anti-puces, anti-tiques, vermifuges : afin de pouvoir nourrir et soigner tous ces laissés pour compte.

Nous avons besoin grandement besoin de bénévoles

afin de sensibiliser, d'agir, de faire connaître l'association et son utilité.

Nous avons besoin de dons

afin de prendre en charge les frais vétérinaires qu'engendrent les différentes maltraitances animales. Afin d'acheter des croquettes pour nos familles d'accueil, afin de se procurer des cages de transports, des gamelles, colliers, laisses et tout autre objet de nécessité.

Nous avons besoin de voyageurs au grand cœur

effectuant le trajet "Pointe à pitre -> Paris" et inversement, afin de faire voyager un animal sous sa franchise bagage  ou de ramener des cages de transport vides dans l'autre sens.

Le procédé est simple et ne vous coûte absolument rien :

  1. Au départ d'Orly, ce sont souvent des caisses de transport vides qu'il faut ramener en Guadeloupe, un ou une bénévole vous les amène, les enregistre avec vous et elles partent en soute avec tout le reste des bagages des passagers, à l'arrivée un ou une bénévole sera là pour les récupérer (vous n'aurez qu'à les récupérer sur le tapis avec le reste de vos bagages).
  2. Au départ de Pointe-à-Pitre, un ou une bénévole vous amène l'animal qui voyagera sur votre vol, l'enregistre avec vous, puis attend son départ en soute (spéciale pour les animaux), à l'arrivée même procédé, on ne vous demande que de récupérer le toutou (ou le chat) sur le tapis des bagages et de passer le relais après avoir quitté la zone d'embarquement interdite d'accès aux visiteurs.

Dans certains cas (animal de moins de 5kg) vous pouvez aussi le prendre avec vous en cabine si ça ne vous pose pas de problème.

Voilà, c'est simple, ça ne vous coûte strictement rien (à part un "bagage" de plus a récupérer sur le tapis) mais ça aide grandement l'association qui va pouvoir récupérer d'autres animaux encore en danger dans la rue.

Pour finir, nous avons besoin de plus de refuges partenaires en métropole

afin d'accueillir nos protégés et de leur offrir une protection sûre le temps d'une adoption définitive.

Avec un plus grand nombre de bénévoles nous pourrions élargir nos actions et améliorer d'autant plus la condition animale en Guadeloupe.

Pour cela, que vous soyez voyageurs, donateurs ou famille d'accueil provisoire, REJOIGNEZ-NOUS vous êtes vraiment les bienvenus !

 

Site Web : http://spa-marie-galante-guadeloupe.org
E-Mail : loindesmechants@wanadoo.fr  

 

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Téléphone : 06 90 62 19 29

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Thomas 28/11/2010 16:47


Tiens, cet article me dit quelque chose ! Salut Franck !!!

La condition animale est déplorable en Guadeloupe, c'est un fait bien réel malheureusement. Pourquoi pas prendre l'habitude de passer une ou deux fois par an à l'association avec un sac de
croquette ? Pensons-y et faisons-le !


Nadine 16/11/2010 22:25


j'ai du mal à croire le contenu de cet article. ces choses là sont elles encore possible en France en 2010??


patrick 16/11/2010 12:34


Bonjour Monsieur,
Je m'étais bien rendu compte qu'il y avait un problème en Guadeloupe avec les animaux mais à ce point là je ne m'en doutais pas. Alors les donneurs de leçons locaux vous repasserez!


annie 16/11/2010 12:32


Quelle honte quelle abomination!!! ces gens là ne sont même pas à ranger dans la case "sauvage primaire"! quelle honte pour la guadeloupe!!!!!quelle honte!